D'une paix apparente l'âme endormie s'endort dans la nuit de sa psyché
D'un instant de veille apparente l'âme endormie somnole de collines en vallons 
D'une heure l'autre d'un jour l'autre l'âme endormie plane entre songes et miroirs
Le temps immuable s'égrène l'âme endormie devenue hiberâme