La nuit voit son regard s'éteindre
Une apparente paix de l'oubli enveloppant ses traits

Les piques et les brouillards nocturnes le happe

Lui disant l'inexistence de la quiétude
Le sombre éblouissement du matin arrive
L'enchainant dans la fausse liberté du petit jour